Para Refletir:
  • "Existem as Forças Inconscientes, Mas Existe a Consciência que é Muito Mais Poderosa." Norberto Keppe

  • "Existem as Forças Inconscientes, Mas Existe a Consciência que é Muito Mais Poderosa." Norberto Keppe

  • "Existem as Forças Inconscientes, Mas Existe a Consciência que é Muito Mais Poderosa." Norberto Keppe

L’inversion

Développant les concepts des principaux scientifiques dans le domaine de la psychopathologie, Norberto Keppe, pendant ses plus de 40 années de recherche clinique, a découvert un comportement destructeur chez l’homme, qui se manifeste aussi dans la société. Keppe a dénommé cela l’Inversion.

La découverte de l’inversion montre que les hommes sont plus attirés par la destruction que par le bien ou ce qui lui est bénéfique. Dans un contexte plus large, cela se manifeste par le renversement des valeurs et les modes de vie inversés. La guerre et la violence sont devenues les moyens de ‘résoudre’ les conflits.

Ce qui est le plus dangereux : le capital a officiellement assumé une position primordiale, plus importante que la vie humaine. Dans le monde inversé, l’homme sert l’argent, au lieu que ce soit l’argent qui serve l’homme. Cela cause beaucoup d’injustice, tout comme l’exploitation sauvage de l’individu et de la nature. En même temps, la société force les gens à être moins « humains », encourageant l’égoïsme, le matérialisme et la paranoïa.

Toutefois, cette attitude n’est pas conscientisée chez l’homme, du fait qu’il censure la conscientisation. Ignorer cette inversion obligera l’humanité à développer toujours plus de manières sophistiquées de se détruire elle-même, ainsi que la planète.
En plus de l’inversion, nous pouvons citer les principales conclusions de Keppe : la Théomanie, l’envie universelle, l’inconscientisation, l’origine de la maladie du “Vouloir”, la technique d’intériorisation, etc. Keppe, en plus de sa méthode originale de psychothérapie individuelle, a également créé le modèle pour les entreprises et les résidences trilogues.

L’homme a en lui, rationnellement et par intuition, la notion du vrai et du faux, du bon et du mal. A propos de ces derniers, il apprend avec ses parents, les professeurs et dans les églises, ce qu’il devrait faire pour un équilibre entre la santé et le progrès.

Toutefois, en raison du mécanisme psychologique de l’inversion, dont la cause fondamentale est l’envie inconsciente, il ne pratique pas ce qu’il devrait faire et ce qu’il sait grâce à la raison. En plus, il a créé une série de «systèmes philosophiques» pour justifier ses pratiques destructrices. La cause de la destruction chez les hommes, dans la société et dans le monde, examinée par la psycho-sociopathologie (science de N. Keppe), se trouve principalement dans cette inversion psychique qui se produit à deux niveaux :

1) Individuel – l’inversion au niveau émotionnel des ‘valeurs’ et des attitudes. Par exemple, adopter l’égoïsme, le matérialisme, l’envie, le mensonge, la corruption, les masques, la colère, l’agressivité, la censure, la cupidité, l’aliénation, la superficialité, la dispersion, la paresse, la gourmandise et la sensorialité comme attitudes avantageuses pour réussir dans la vie.

2) Social – Au plan social, l’inversion se manifeste par le côté socio-économique malade, établissant des lois injustes, des habitudes destructrices, le manque d’éthique et aussi la répression sociale. Il y a également la décadence et la corruption des systèmes et des institutions qui agissent contre le peuple et la nature. Parmi ces pratiques, on relève les guerres, le terrorisme, le racisme, l’intolérance religieuse, le capitalisme privé ou d´État, les intérêts, l’exploitation irrationnelle du travail et des ressources naturelles, le consumérisme, la stagnation des sciences, des arts et de la connaissance.

PS – Actuellement le pouvoir économique pathologique a dominé les pouvoirs politiques, judiciaires, juridiques, religieux, de la presse…. établissant la pire de toutes les dictatures qu’on ait connue dans l’histoire.

En raison de cette attitude d’envie destructrice, inversée et inconsciente, l’être humain rejette et détruit tout ce qui est bon, beau et vrai dans sa vie et dans la civilisation.

De cette situation surgissent les maladies organiques, psychologiques, socio-économiques et écologiques. Pour mieux comprendre ces concepts, vous pouvez lire le livre « L’Origine des maladies » de N. Keppe et « La libération des Peuples – La Pathologie du Pouvoir», ainsi que d’autres livres de l’Editeur Proton.